Investir maison

Comment réduire ses impôts en investissant dans l'immobilier

Le rendement de l’immobilier est fortement affecté par la fiscalité. L’impact fiscal peut être considérable. Tout va dépendre du régime choisi. La mise en place de dispositifs de défiscalisation par le gouvernement a permis à de nombreux Français d’investir dans l’immobilier locatif. Loi Pinel, loi Bouvard, loi Malraux... : quel que soit votre profil d’investisseur, vous pouvez réduire votre impôt sur le revenu grâce à la simulation impots 2016.

Réduire son impôt en investissant sur le neuf avec la loi Pinel

Les avantages du dispositif d'investissement Pinel pour les contribuables qui se portent acquéreurs de biens immobiliers neufs destinés à la location sont des avantages fiscaux.

L’avantage fiscal de la loi Pinel : Remise d’impôt jusqu’à 21 %

La loi Pinel 2015 est avant tout un dispositif de défiscalisation immobilière, prévu pour relancer le secteur de la construction en faisant appel aux contribuables.

Pour inciter les particuliers à acheter pour louer, la loi Pinel permet une remise d’impôt allant jusqu’à 21 %. L’investisseur peut choisir de louer 6 ans ou 9 ans avec la possibilité de prorogation jusqu'à 12 ans. À chaque durée de location correspond un taux de défiscalisation, appliqué sur le prix de l’appartement acheté. L'investisseur a la possibilité de réaliser jusqu'à deux investissements par an en loi Pinel à condition que, cumulés, le coût de revient ne dépasse pas le plafond autorisé c'est-à-dire 300 000 €.
Les conditions à respecter lors de la rénovation.

Les investisseurs de logements anciens peuvent bénéficier des avantages de la loi Malraux mais à condition de respecter de strictes règles imposées. Certains logements classés Monuments Historiques ou inscrits à l'Inventaire Supplémentaires des Monuments Historiques (ISMH) peuvent également permettre à leurs propriétaires de réduire leur impôt, grâce à la loi Monuments Historiques.

Réduire son impôt sur le revenu en louant un meublé

Les revenus issus de la location d’un ou de plusieurs biens meublés sont taxés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), sous réserve de respecter des conditions d’habitabilité en terme de meubles. C’est notamment le cas des locations ponctuelles, saisonnières ou de biens situés dans des résidences gérées avec services (résidences étudiantes, de loisirs, de tourisme d’affaires, seniors, personnes âgées dépendantes). Deux régimes cohabitent : les locations meublées non professionnelles (LMNP) et les locations meublées professionnelles (LMP). Le premier dispositif est le plus facile à adopter pour un particulier dont les revenus locatifs ne constituent pas sa principale source de revenus.

source : https://www.simulation-impots.eu/